Empruntis

19/01/2017Prêt à taux zéro : comment le calculer ? Le Prêt à taux zéro (PTZ) est un véritable soutien pour l'accession à la propriété. Depuis sa création en 1995, en remplacement du prêt d'accession à la propriété (PAP), et malgré de nombreux changements au cours des années, il favorise les projets immobiliers des Français. Par ailleurs, ce prêt aidé est prolongé jusqu'au 31 décembre 2017. Une bonne nouvelle pour les emprunteurs qui peuvent toujours profiter d'une enveloppe de financement à taux zéro en complément de leur prêt principal. Crédit immobilier principal : pour obtenir les meilleures conditions, n'hésitez pas à comparer les prêts immobiliers en ligne. Le PTZ : comment ça marche ? Le prêt à taux zéro (PTZ) est un prêt destiné aux primo-accédants et peut financer jusqu'à 40% de l'acquisition. Il permet de financer l'acquisition d'une résidence principale dans le neuf ou dans l'ancien.  Pour être éligible au PTZ, les ressources du foyer sont plafonnées en fonction d'un zonage (zones A, B1, B2, et C) et du nombre de personnes qui doivent habiter le bien. Par exemple : pour un couple en zone A, leurs revenus fiscaux N-2 ne devront pas dépasser 51 800 euros.  La somme maximale du PTZ est également limitée. Reprenons le cas du couple en zone A : le montant sur lequel sera calculé le ptz sera de 210 000 euros et ne couvrira pas plus de 84 000 euros. Soit le calcul suivant : 210000 x 40%= 84 000 euros.  Quelles sont les conditions à remplir ? En plus du revenu fiscal, il est essentiel de remplir un certain nombre de critères pour y être éligible.  Ne pas avoir été propriétaire de sa résidence principale les deux années qui précèdent l'achat (sauf pour les personnes titulaires d'une carte d'invalidité ou en incapacité de travailler, bénéficiaires des allocations adultes handicapés ou d'éducation de l'enfant handicapé, les victimes de catastrophe naturelle ou technologique).  Le prêt doit porter sur l'acquisition d'une résidence principale.  Pour un PTZ dans l'ancien d'autres conditions s'ajoutent :  réaliser des travaux importants pour assimiler le bien ancien à un neuf,  ou transformer un local en logement,  ou dédier 25% du coût total de l'opération à des travaux pour un logement ancien (travaux d'amélioration de la consommation d'énergie du bien, création de surface, etc.)  Quel est son fonctionnement ? Le prêt à taux zéro peut se cumuler avec d'autres prêts aidés tels que le prêt d'accession sociale (PAS), les prêts des collectivités territoriales, le prêt d'Action logement, le prêt épargne logement (PEL) ou encore l'Eco-PTZ. Le remboursement du PTZ est compris entre 20 et 25 ans et comprend une période de différé de 5 à 15 ans pendant laquelle l'emprunteur ne rembourse pas le prêt à taux zéro.  La part des financements avec PTZ enregistre un bond en 2016 Au dernier trimestre 2016, la part des PTZ a évolué : +18% dans le neuf avec +49% de montant emprunté. Pour l'ancien l'évolution est plus importante : +63% de PTZ dans l'ancien avec travaux de rénovation et un bond du montant emprunté de +147%. Si l'on compare 2016 à 2015, le montant du prêt à taux zéro a énormément augmenté en 2016 avec une hausse de 168% en moyenne. Le montant moyen accordé par primo-accédant est de 16 780 euros, selon l'étude d'Empruntis sur l'année 2016.  Calculer son prêt à taux zéro en effectuant une simulation PTZ en ligne Pour connaitre le montant de votre PTZ, réalisez une simulation de prêt à taux zéro en quelques secondes. Il faudra vous munir de votre avis d'imposition afin d'indiquer votre revenu fiscal de référence. Comme expliqué plus haut, les revenus de votre foyer fiscal N-2 permettront de savoir si vous y êtes éligible. Précisez la nature de l'opération : bien neuf, ancien, ancien avec travaux, rachat d'un HLM, remise à neuf, la localisation, le prix du bien, votre apport et la composition de votre foyer.  Quel avenir pour le PTZ ? Ce dispositif qui fonctionne pourrait cependant être modifié. En novembre, la Cour des comptes a en effet rendu public un rapport dans lequel elle émet des préconisations sur les chères aides au logement de l'Etat.Dans son viseur, le PTZ, les APL-accession, le prêt d'accession sociale (PAS) et le prêt social de location-accession (PSLA). Ces dispositifs seraient mal articulés, de moins en moins efficaces et chers : 2 milliards d'euros cumulés principalement pour le PTZ. Dans son enquête, elle propose de les réformer voire d'en supprimer... C'est notamment le cas pour le PAS.Pour le PTZ : elle suggère de « recentrer cette aide sur les ménages les plus modestes, de maximiser son effet déclencheur, de limiter ses effets inflationnistes, et de diminuer son coût pour les finances publiques.» Ainsi, à l'approche des élections présidentielles, il est difficile de de dire si le PTZ sera réformé ou non en 2018... (le 19 Janvier 2017) © Empruntis.com
17/01/2017Prêt immobilier : la remontée des taux d'emprunt con... La vague d'augmentation se poursuit pour les taux de prêt immobilier. Désormais toutes les régions et toutes les durées d’emprunt sont touchées ! Les progressions sont sans appel et sont bien là. Soixante-treize : c’est le nombre de taux d’intérêt à la hausse sur les quatre-vingt-quatre taux régionaux au total. Analyse. Les remontées des banques en chiffres Parmi les barèmes bancaires que nous avons reçus, nous relevons que : 34 banques régionales ajustent leurs barèmes de taux d’emprunt à la hausse. Les augmentations de ces barèmes bancaires régionaux fluctuent entre 2 et 38 centimes ; 3 établissements régionaux nous ont transmis des grilles bancaires qui restent stables ; seuls 2 barèmes régionaux sont à la baisse : un recule de 1 centime et l'autre baisse uniquement sur les prêts de moins 5 ans ; 8 banques nationales remontent leurs barèmes entre 1 et 20 centimes. Ainsi, ces remontées impactent directement les taux d’intérêt mini et moyens. Exemple pour les durées de prêt les plus demandées par les emprunteurs qui sont 15 et 20 ans. Leurs taux immobiliers s'établissent : sur 15 ans : à 0,95% pour le taux mini partout en France et jusqu’à 1,50% pour le taux moyen ; sur 20 ans : à 1,15% pour le taux mini et 1,70% pour le taux moyen. Par ailleurs, nous relevons que les politiques commerciales des banques évoluent. Le contexte économique actuel, cumulé à l’évolution des réglementations incitent les banques à prévoir plus de marges. A nuancer : les taux immobiliers restent attractifs Bien que nous vous annoncions depuis un mois que les taux de crédit immobilier remontent, il ne faut pas pour autant céder à la panique. La raison ? Les taux de prêt, qui ont atteint des planchers record en 2016, continuent d’être très attractifs. Preuve en est avec le taux d’intérêt mini sur 20 ans : il était de 3,27% en janvier 2010, de 2,80% en janvier 2013, 1,98% en janvier 2015, pour atteindre 1,15% en janvier 2017. Bon à savoir : Vous envisagez de devenir propriétaire ? Pensez à calculez votre taux d'endettement en fonction de vos revenus et vos charges.   (le 17 Janvier 2017) © Empruntis.com
12/01/2017Prêt : nos 5 conseils pour bien négocier votre taux ...Les projets immobiliers de Français sont boostés par des conditions de prêt exceptionnelles depuis plus d'un an. Bien que les taux d'intérêt remontent depuis le mois de décembre 2016, emprunter n'a jamais coûté aussi peu cher. Voici quelques bons conseils pour obtenir votre financement et bien négocier votre taux immobilier. Comment négocier son taux immobilier ? 1) Avoir un apport :  C'est une des principales manières de négocier votre taux immobilier. Même si les profils financés sans apport représentent près de 10% des dossiers chez Empruntis, il est conseillé de disposer d'une épargne. En 2016, l'apport moyen des primo-accédants s'élève même à 53 237 euros. Ceci est une moyenne, elle peut ainsi être plus ou moins élevée selon les profils. Aucun montant précis n'est exigé par les banques, mais il est nécessaire d'avoir 10% d'apport. Il vous permet de rentrer dans leurs barèmes (taux mini ou taux moyen) en fonction également de vos revenus, de votre âge, etc. L'apport vous permettra de couvrir les frais de notaire, les frais annexes, de banque et le cas échéant, les frais de l'agence immobilière. Pour connaître les frais liés à votre acquisition, calculez vos frais de notaire en ligne sur Empruntis.  Bon à savoir : Si vous souhaitez acheter un bien dans le neuf, les frais de notaire seront réduits et vous pourrez bénéficier d'un prêt à taux zéro couvrant jusqu'à 40% du coût total de l'opération. Empruntis met à votre disposition une calculette afin d'effectuer la simulation de votre PTZ. Selon votre niveau d'apport, il vous sera donc plus facile d'obtenir un meilleur taux immobilier. En outre, plus vous aurez d'apport plus vous pourrez réduire la durée d'emprunt, et par répercussion le montant emprunté. De fait, vous pourrez obtenir un taux immobilier minoré qui correspondra à une durée d'emprunt plus courte.  Pourquoi la durée du prêt immobilier influe-t-elle sur le taux du crédit ? Plus vous empruntez sur le long terme, plus le taux d'intérêt sera élevé. Pour simplifier, il correspond aux risques pris par la banque pour vous financer et également à sa marge de rémunération. Selon votre capacité de remboursement (votre taux d'endettement notamment), nous vous suggérons d'ajuster au mieux cette durée.  2) Soigner son dossier :  Soignez votre dossier de demande de financement avec une bonne tenue de comptes notamment. Au moment de la demande de crédit, la banque vous demandera vos 3 derniers relevés de comptes. Ainsi, évitez le plus possible le découvert bancaire et le dépassement du découvert autorisé, les dépenses superflues, etc. Cela rassurera la banque sur votre capacité à rembourser le crédit immobilier. Si vous avez des crédits à la consommation en cours, une bonne pratique est de les rembourser par anticipation si cela vous est possible. Cette étape vous permettra surtout d'obtenir votre financement immobilier.  3) Proposer des contreparties :  Proposez des contreparties à votre banque afin de négocier le taux du crédit. En effet, si vous êtes prêt à souscrire différents produits avec votre conseiller, vous pourrez discuter son taux immobilier. Les contreparties sont variées : assurance habitation, assurance auto, épargne automatique, produits d'épargne, etc.   4) Penser à l'assurance de prêt immobilier :  Lorsque vous souscrivez un crédit immobilier, vous devez également choisir une assurance de prêt immobilier. Les lois Lagarde et Hamon vous permettent d'effectuer une délégation d'assurance, c'est-à-dire de choisir une assurance autre que celle proposée par votre banque. Cependant, si le contrat groupe ou la délégation interne de votre banque vous convient en termes de tarifs et de couverture, choisir son assurance peut vous permettre de négocier votre taux de crédit immobilier. En effet, il est essentiel de mener une négociation globale sur ces deux taux : le taux immobilier et le taux de l'assurance de prêt.  5) Solliciter un courtier en crédit immobilier :  Utilisez notre comparateur de prêt immobilier pour obtenir le meilleur taux. Le rôle du courtier en crédit immobilier est de négocier pour vous la meilleure offre de financement. Il mettra en avant les qualités de votre dossier afin de rassurer la banque. (le 12 Janvier 2017) © Empruntis.com
11/01/2017Investissement locatif : que retenir de l'année 2016... Dans notre dernière étude qui porte sur le bilan 2016 du crédit immobilier, nous avons étudié l’évolution des demandes de financement au cours de l’année écoulée et les avons comparées à celles de 2015. Nous avons constaté que 14% des dossiers finançables concernaient l’investissement locatif. Rétrospective du profil des emprunteurs investisseurs en 2016. En chiffres : l’investissement locatif en 2016 Lorsque les acheteurs immobiliers réalisent un investissement locatif, ils ont pour but d’augmenter leur patrimoine immobilier et mettre le bien en location. Ces emprunteurs ont des revenus moyens par foyer de 7 377€ en 2016, soit -2,17% par rapport à 2015. En outre, nous avons noté qu’ils ont un apport (issu de l’épargne) nettement inférieur à 2015 de presque 16%, c’est-à-dire 31 059€ en 2016. Notons aussi que la durée moyenne d’emprunt de l’investisseur locatif s’est légèrement allongée : +3 mois, soit 14 ans et 11 mois. Pour un emprunt en hausse de 3,45%, passant de 148 514€ à 153 631€. Enfin, nous avons relevé que l’âge moyen de ces emprunteurs est de 45 ans, contre 44 ans et 6 mois en moyenne en 2015. Taux d’intérêt bas et loi Pinel : ce qui a séduit les investisseurs en 2016 L’investissement locatif en 2016 doit son succès, entre autres, aux taux immobiliers historiquement bas ainsi qu’à la loi Pinel. Le dispositif Pinel, qui est prolongé en 2017, est une mesure défiscalisante. Cette loi permet aux contribuables qui réalisent un achat immobilier dans le but de le louer d’alléger leur assiette fiscale. L'emprunteur doit toutefois respecter plusieurs règles, parmi lesquelles : le bien doit être situé en zone tendue, le bien doit être loué à un tarif plafonné, le bien soit neuf ou ancien rénové, le bien respecte un certain niveau de performance énergétique. Surtout, le dispositif Pinel permet de louer à un ascendant ou un descendant, ce qui est un véritable atout pour les investisseurs ! La mesure Pinel a rencontré un franc succès. Combinée aux taux bas, les emprunteurs ont vu une aubaine pour investir. En effet, les taux immobiliers ont atteint des records encore jamais vus jusqu’alors : 0,90% sur 15 ans, 1,08% sur 20 ans ou encore 1,25% sur 25 ans. Le coût du crédit n’a jamais été aussi peu cher. Vous souhaitez agrandir votre patrimoine immobilier ? Si vous avez déjà trouvé le bien que vous souhaitez acquérir, pensez à calculer les frais de notaire que vous aurez à payer.   (le 11 Janvier 2017) © Empruntis.com
09/01/2017Prêt immobilier : secundo-accédants, qui étaient-ils... En 2016, les secundo-accédants représentaient 20,4% des emprunteurs. Grâce à la baisse des taux d’emprunt et les conditions exceptionnelles du marché immobilier, les secundo-accédants (ceux déjà propriétaires de leur résidence principale et qui en acquièrent une nouvelle) ont été plus nombreux à se lancer. On note une  augmentation du nombre de secundo de 7,5% entre 2015 et 2016. Qui sont les secundo-accédants ? Dans notre dernière étude basée sur les demandes de financement (après promesse de vente signée et ayant reçu au moins une offre de banque) déposées sur notre site, nous avons pu mettre en évidence le profil de l’emprunteur secundo-accédant en 2016. Nous avons observé que 47% des secundo ont moins de 40 ans, contre près de 34% ayant entre 40 et 50 ans et 19% ayant plus de 50 ans. Notons qu’en 2015, ils étaient légèrement plus nombreux à avoir moins de 40 ans (50%) et légèrement moins nombreux à avoir 50 ans et plus (16%). Ainsi, l’âge moyen du secundo-accédant s’établit à 41 ans et 11 mois en 2016. Qu’achètent les secundo-accédants ? Les secundo-accédants investissent majoritairement dans l’ancien. En effet, ils sont 87% à acheter un logement ancien. Ils sont 10% à acheter dans le neuf et 2% à acquérir des constructions individuelles. Ces chiffres étaient approximativement les mêmes en 2015. Nous constatons toutefois qu’ils sont 37% à garder leur résidence principale, 39% à la vendre avant d’acheter un nouveau bien et 24% à la vendre sous deux ans. Bon à savoir : Vous souhaitez changer de logement mais vous n'avez pas encore vendu votre premier bien ? Calculez le montant de votre futur prêt relais, ainsi que les mensualités. Crédit immobilier : revenu à la baisse pour emprunt à la hausse D’une part, nous avons observé que le secundo-accédant possède un revenu moyen mensuel de 5 638€. Il était de 5 650€ en 2015, soit une très légère baisse de 0,38%. Pour comparaison, le revenu du primo-accédant est de 4 093€ en 2016. D’autre part, nous notons que cet emprunteur a un apport issu de l’épargne de 54 294€ en moyenne, soit +2,97% par rapport à 2015. Quant à l’apport issu de la revente du premier bien, il est de 93 360€, il a augmenté de 25% en une année. Autre chiffre majeur : le montant emprunté. Il est quant à lui en hausse de 3,85%, soit un emprunt moyen de 206 957€ en 2016, sur une durée moyenne de 16 ans et 10 mois (moins 2 mois par rapport à 2015). Les taux immobiliers ont connu une baisse si considérable que cela a permis aux emprunteurs de réaliser des économies très importantes sur le coût de leur crédit, et donc de pouvoir emprunter plus à moindre frais. Exemple pour un emprunt de 100 000€ sur 20 ans : un emprunteur qui a réalisé ce prêt en janvier 2016 au taux mini pratiqué ce mois-là (soit 1,91%) rembourse une mensualité de 501,63€ pour un coût du crédit égal à 20 391,69€. Si ce même emprunteur a réalisé son prêt en décembre 2016 au taux immobilier en vigueur (soit 1,10%), sa mensualité s’élève à 464,37€ et son coût du crédit à 11 448,65€. Soit une différence de 8 943,04€ de coût du crédit et 37,26€ de mensualité. Notons que l’écart de mensualité n’est pas impressionnant, à l’inverse celui du coût de l’emprunt est très important. (le 09 Janvier 2017) © Empruntis.com
05/01/2017Taux immobiliers : vague de hausses en janvier Nous vous annoncions le mois dernier que plusieurs établissements bancaires présentaient des barèmes de taux d’intérêt en hausse. En ce début d’année, ce n’est pas moins de 32 barèmes bancaires qui sont à la hausse. Explications. Constat d’une fin d’année 2016 déjà affectée par les augmentations Pour rappel, l’année 2016 a été marquée par l’atteinte de taux record à la baisse. En septembre, le taux mini sur 15 ans descendait à 0,90% et celui sur 20 ans à 1,08%. Ces taux d'intérêt historiques sont restés stables jusqu’au mois de décembre dernier, date à laquelle certaines banques ont commencé à augmenter leurs barèmes de taux de prêt. Ainsi, janvier ne fait que pousser une porte déjà entrouverte. Seule différence : les augmentations étaient encore timides le mois dernier alors que nous pouvons dire qu’elles touchent toutes les durées d'emprunt ce mois-ci. Les taux bancaires affichés au mois de janvier Premièrement les taux mini, dont peuvent bénéficier les profils dits « premium » c’est-à-dire avec de très bons dossiers. Ces taux d’intérêt sont encore peu impactés par la hausse. En effet, nous notons que : deux taux mini augmentent de 5 et 10 centimes. Les taux sur les durées d'emprunt 10 et 25 ans ; cinq taux mini stagnent : ce sont les durées 5, 15, 20 et 30 ans. Deuxièmement les taux moyens : 6 durées sur 7 au total sont à la hausse. Ces taux augmentent de 5 ou 10 centimes. Ainsi, les taux moyens affichent désormais : 1,20% sur 10 ans, 1,45% sur 15 ans, 1,65% sur 20 ans, 1,90% sur 25 ans, 2,55% sur 30 ans. Perspectives 2017 : taux historiques pour hausses modérées Si une nouvelle baisse est possible à partir du printemps, période où les banques sont traditionnellement plus conquérantes, il est difficile de présager si elle sera suffisante pour compenser les hausses.  Cependant si vous avez un projet soyez rasssuré, l'impact de la hausse des taux bancaires sur votre budget sera faible. Exemple pour un emprunt de 100 000€ sur 20 ans : une hausse de 50 centimes du taux d’intérêt n’augmenterait que de 23€ la mensualité. Vous avez pour projet l'achat d'un bien immobilier ? Pensez à réaliser votre tableau d'amortissement en fonction de vos revenus et charges. (le 05 Janvier 2017) © Empruntis.com
04/01/2017Prêt immobilier : bilan 2016, une année historique Taux immobilier, primo-accédant, prêts aidés, PTZ… Revenons sur ces chiffres qui ont marqué l’année 2016 sur le marché immobilier ! Demandes de financement en hausse pour coût du crédit en baisse Pour analyser les chiffres du marché du crédit immobilier en 2016, nous avons relevé les demandes de financement déposées sur notre site (c’est-à-dire les dossiers finançables ayant eu moins une réponse de banque positive et ayant signé une promesse de vente) en 2016. Nous les avons comparés à ceux de 2015. Nous avons constaté qu’il y a eu : +9% de demandes de financement de résidences principales, +7% de demandes de financement de résidences secondaires, +18% de demandes de financement d’investissement locatif. Au total, c’est 10% de demandes de financement en plus entre 2015 et 2016. Soit, une augmentation de 9,2% du nombre de primo-accédants et de 7,2% du nombre de secundo-accédants. A contrario, on note que le taux d’emprunt immobilier a considérablement reculé. Si l’on compare le taux d’intérêt sur 15 ans : il était de 1,71% en janvier 2016 pour le taux mini et de 2,20% pour le taux moyen. On a terminé l’année avec un taux mini sur 15 ans égal à 0,90% et un taux moyen à 1,40%. Les durées 7, 10, 20, 25 ou encore 30 ans ont été touchées de la même façon par ces baisses.Ces records de taux d'intérêt font partie des facteurs qui ont permis à un grand nombre de ménages de se lancer. Notons aussi que les banques ont accompagné la baisse de leurs barèmes de taux immobiliers avec des politiques commerciales plus ouvertes. Pour exemple, le nombre d’emprunteurs accédant à la propriété sans apport était de 10,90% en 2016, contre 8,08% en 2015. Prêts aidés et primo-accédants : la combinaison gagnante Nous venons de le voir, les primo-accédants ont été plus nombreux à se lancer en 2016. Et, l’évolution de la législation française a aussi été une des causes de ce succès. Les prêts aidés, portés par le Prêt à taux zéro, ont considérablement évolué à la hausse. Nous avons relevé une augmentation de 152% des prêts aidés chez les primo-accédants entre 2015 et 2016. La part des bénéficiaires du PTZ a, quant à elle, augmenté de 67%, passant de 14,96% en 2015 à 24,93% en 2016. L’emprunt accessible à tous Pour finir, nous avons relevé que l’âge des emprunteurs a aussi évolué. Les personnes plus âgées ont largement profité des conditions très avantageuses du marché immobilier. Pour preuve, le nombre d’emprunteurs ayant 60 ans et plus a augmenté de 99% entre 2015 et 2016, Ils restent cependant très minoritaires dans les acquisitions. Vous souhaitez acheter et avez trouvé le logement de vos rêves ? Calculez vos frais de notaire sur notre site. (le 04 Janvier 2017) © Empruntis.com
04/01/2017Immo : 34 milliards d'euros dédiés au logement en 20...Nouvelle année, nouveau budget ! En 2017, le budget du ministère du Logement et de l'Habitat durable a été réévalué à la hausse. Les objectifs prioritaires sont variés : « produire du logement abordable, accélérer la transition vers l'habitat durable, mettre à l'abri les personnes vulnérables... », détaille le ministère. 34 milliards d'euros dédiés au logement en 2017 Cette année le montant alloué au logement s'établit à 34 milliards d'euros. Un budget ambitieux qui vise à favoriser l'accès au logement.  Quels sont les axes prioritaires en 2017 ? Le ministère compte 4 axes prioritaires cette année et met la main au porte-monnaie pour atteindre ses objectifs. 1) La production de logements abordables :  500 millions d'euros d'aides par le biais du fonds national des aides à la pierre,  3 milliards de prêts de haut de bilan pour les bailleurs pour la rénovation et la construction de logements sociaux. Les prêts de haut de bilan sont réservés à l'accompagnement financier de la construction et de la rénovation des logements sociaux. Tous les organismes de logements sociaux peuvent les solliciter.  70 millions d'euros d'aides pour les maires bâtisseurs (infrastructures et équipements publics),  Un nouveau dispositif fiscal et la reconduction du Pinel : Le dispositif pour l'investissement locatif loi Pinel est reconduit en 2017 afin d'accélérer la reprise du marché. Un nouveau dispositif fiscal est d'ailleurs mis en place. Pour mobiliser le parc privé à des fins sociales, une aide fiscale (en substitution du Besson ou Borloo) sera disponible dès le 31 janvier 2017. « Un propriétaire remettant son bien sur le marché à un loyer abordable pourra bénéficier d’une exonération d’impôt de 15% à 85%. Le dispositif permettra notamment de remettre sur le marché 50 000 logements vacants en trois ans au bénéfice des ménages modestes », explique le ministère. 2) L'accélération de la transition vers l'habitat durable : 2017 marque la prolongation de dispositifs d'aides à la rénovation énergétique. La loi de finances 2017 proroge en effet le crédit d'impôt pour la transition énergétique (CITE) et l'éco-prêt à taux zéro. De plus le CITE peut désormais être cumulé à l'éco-PTZ.  Le budget de l'Agence nationale de l'habitat en hausse de 17% Pour l'Anah, le budget adopté pour 2017 s'élève à 823,1 millions d'euros, soit une augmentation de 17% en 1 an. L'objectif fixé est la réhabilitation de 127 000 logements « avec 100 000 rénovations énergétiques, dont 30 000 dans des copropriétés détectées comme fragiles », détaille l'Agence.  Résolution 2017 : Envie de concrétiser vos souhaits de 2017 ? Réalisez vos voeux en effectuant une comparaison de taux de prêt immobilier avec Empruntis. Vous gagnerez du temps dans votre recherche de financement immobilier en faisant le tour des banques en un clic et obtiendrez le meilleur taux. 3) Favoriser l'accès au logement :  15,4 milliards d'aides au logement, Reconduction du Prêt à taux zéro pour les primo-accédants. 4) Protéger les personnes vulnérables :  1,7 milliard d'euros pour l'hébergement et l'accompagnement.  Bon à savoir : Le projet de loi Egalité et Citoyenneté a été définitivement adopté le 22 décembre 2016. Ce texte revoit les conditions d'attributions de logements sociaux ainsi que leurs loyers. Porté par l'actuelle ministre du Logement Emmanuelle Cosse, il a pour ambition de favoriser la mixité sociale et le vivre-ensemble.  (le 04 Janvier 2017) © Empruntis.com
03/01/2017Immobilier : une fin d'année positive pour vos proje... En ce début d’année, revenons sur les trois derniers mois qui viennent de s’écouler et faisons ainsi le bilan du marché immobilier du dernier trimestre 2016. Quelles ont été les évolutions majeures du secteur ? Qui sont les acteurs du marché ? Rétrospective de 3 mois positifs pour les emprunteurs. T4 2016 versus T4 2015 : avantage pour 2016 Pour bien comprendre les évolutions du marché immobilier de ces 3 derniers mois et pouvoir donner un bilan significatif, nous avons comparé les chiffres du quatrième trimestre 2016 par rapport à ceux de 2015. Constat. Premièrement les demandes de financement : on observe qu’elles ont augmenté de 16% entre ces deux trimestres. Les résidences principales étant les grandes gagnantes avec +17% de demandes de prêt pour cet achat entre le quatrième trimestre 2016 et celui de 2015. Quant aux demandes de crédit pour les résidences secondaires et les investissements locatifs, elles ont augmenté de 11% chacune. Deuxièmement, nous notons que les primo-accédants sont plus nombreux de 17% par rapport au T4 2015 et les secundo-accédants de +15%. Les différents profils présents sur le marché en chiffres D’abord le primo-accédant, celui qui achète pour la première fois  sa résidence principale Son revenu mensuel moyen est de 4 093€ et a baissé de 2% par rapport au 4ème trimestre 2015. Or, son apport moyen (issu de l’épargne) a diminué de 11%, il est égal à 51 283€. L’emprunt qu’il réalise est de 177 468€ (+7% par rapport au T4), sur une durée moyenne de 18 ans et 2 mois. D’autre part, le secundo-accédant, déjà détenteur de sa résidence principale mais souhaite en changer Il possède un revenu moyen mensuel de 5 718€, on note ainsi une légère baisse (-2%). Son apport global, issu de la revente de son premier bien, est à hauteur de 139 154€, soit une augmentation de 7% par rapport au T4 2015. Et, son emprunt est de 213 161€ (+10% par rapport au T4 2015). Notons que le montant emprunté par le secundo-accédant est 20% supérieur à celui du primo, alors qu’il emprunte sur moins longtemps (17 ans et 1 mois). Taux bas et politiques commerciales avantageuses : l’effet d’aubaine du marché Force est de constater que la baisse des taux de prêt a été un facteur d’impulsion pour tous les profils. Pour exemple, le taux sur 20 ans était compris entre 1,91% et 2,55% au T4 2015. Alors qu’il était compris entre 1,08% et 1,60% au T4 2016. Ce qui correspond à une baisse comprise entre 83 et 95 centimes. Ainsi, cela a permis à des emprunteurs qui n’auraient peut-être pas pu être finançables précédemment de pouvoir enfin se lancer dans l’acquisition. Par effet de rebond, cela a profité aux secundo-accédants, qui ont eux-aussi bénéficié de cet effet d’aubaine. Le coût du crédit a donc considérablement baissé. En détail, cela représente : -44% en région Nord, -49% en région Est, -48% en région Ouest, -49% en région Ile-de-France, -47% en région Sud-Ouest, -49% en région Méditerranée, -49% en région Rhône-Alpes-Auvergne. Vous êtes intéressé par l’achat d’un logement ? N’hésitez pas à réaliser votre tableau d'amortissement pour calculer année par année vos remboursements. (le 03 Janvier 2017) © Empruntis.com
02/01/2017Crédit immo : quels sont les prêts aidés et disposit...L'année 2017 débute avec de bonnes nouvelles en matière de logement. En effet, la loi de finances 2017 prévoit notamment la prolongation de plusieurs dispositifs en cette nouvelle année. Prêt à taux zéro, crédit d'impôt pour la transition énergétique (CITE) ou éco-prêt à taux zéro, quels sont les dispositifs reconduits ?    Des aides au logement prolongées en 2017 Publiée au Journal officiel le 30 décembre 2016, la dernière loi de finances du quinquennat de François Hollande se montre généreuse pour le logement avec la reconduction de plusieurs dispositifs.  1) la reconduction du prêt à taux zéro : Pas de nouvelles modifications du côté de ce prêt aidé. Le prêt à taux zéro restera disponible pour les emprunteurs en 2017. Ce prêt réservé aux primo-accédants est octroyé sous conditions de ressources. Grâce à son élargissement en début d'année dernière, « 90 % des ménages sont éligibles au Prêt à Taux Zéro (PTZ) », soulignait François Hollande à l'occasion d'un déplacement sur le thême du logement à Romainville (93) en avril 2016. Le PTZ permet de financer à taux zéro, c'est-à-dire sans rembourser d'intérêt, jusquà 40% de l'opération. Vous souhaitez bénéficier de cette enveloppe de financement à taux zéro ? Réalisez la simulation du prêt à taux zéro en ligne pour savoir si vous êtes éligible et connaître son montant. 2) le cumul du crédit d'impôt pour la transition énergétique avec l'éco-prêt à taux zéro : Le crédit d'impôt pour la transition énergétique (CITE) est prolongé d'un an par la loi de finances 2017. De plus, il est désormais cumulable sans condition de ressources avec l'éco-prêt à taux zéro, qui est également prolongé, lui, juqu'au 31 décembre 2018. Ces deux dispositifs ont pour vocation la rénovation énergétique du parc de logements anciens. Ce cumul fait suite à l'article 10 du projet de loi de finances 2017 et est effectif depuis le 1er mars dernier. 3 ) la prolongation de la loi Pinel pour l'investissement locatif :  Le dispositif de l'Etat pour l'investissement locatif est prolongé d'une année. La loi Pinel : un mécanisme « qui a marché, qui marche et marchera encore », selon le chef de l'Etat.  4) la prorogation du Censi-Bouvard : La réduction d'impôt accordée pour l'acquisition d'une résidence de personnes âgées, handicapées ou étudiantes est également prorogée en 2017. La loi finances 2017, c'est également : la revalorisation de 0,4% des valeurs locatives foncières,  la possibilité des communes de majorer la taxe d'habitation des résidences secondaires de 5 à 60%.  Autre mesure très attendue de la loi finances 2017 : la modernisation du système de collecte de l'impôt sur le revenu avec l'instauration du prélèvement à la source.  (le 02 Janvier 2017) © Empruntis.com

cBanque

20/01/2017Assurance-vie 2016 : le fonds euros d'Agipi résisteAvec une baisse de rendement limitée à un quart de point, le fonds euros d’Agipi, qui a servi un taux de 2,25% au titre de 2016, a plutôt mieux...
20/01/2017La Bourse de Paris termine sur une note positive ava...La Bourse de Paris a fini en hausse vendredi (+0,20%), exception à une série de baisses depuis le début de la semaine, les investisseurs restant...
20/01/2017Notre-Dame-des-Landes : des expropriés vont réclamer...Des propriétaires de terres agricoles et bâtiments d'habitation, expropriés en vue du projet d'aéroport à Notre-Dame-des-Landes près de Nantes, vont...
20/01/2017Fermer son compte bancaire en ligne : la marche à su...Au moment de clôturer un compte, les banques en ligne jouent-elles le jeu ou vous savonnent-elles la planche ? Nous sommes allés vérifier sur pièces....
20/01/2017L'OCDE souhaite que la France modifie son régime fis...L'OCDE a demandé à la France de modifier son régime fiscal sur les brevets, jugé non conforme avec les accords internationaux signés récemment par...
20/01/2017Taux 2016 de l'assurance-vie : Axa reste au-dessus d...Alors que les chutes d’un demi-point ou plus s’accumulent, Axa opère une baisse mesurée sur les rendements de ses principaux contrats...
20/01/2017Sérénipierre : le fonds Sécurité Pierre Euro culmine...Une exception. Le fonds « star » du contrat patrimonial Sérénipierre affichait un rendement de 4,15% en 2013, 4,05% en 2014 et encore de 4% en 2015....
20/01/2017Livret A : les taux se resserrentL’écart entre la rémunération du Livret A (0,75%) et l’inflation annuelle hors tabac (0,6% en décembre 2016) se réduit. Avec la nouvelle formule de...
20/01/2017Assurance-vie 2016 : comment Suravenir Opportunités ...Sur le marché de l’assurance-vie à frais réduits, sur internet, les assureurs Generali, Spirica, Apicil et Aviva ont déjà communiqué leurs taux 2016....
20/01/2017Foncière de Paris bientôt retirée de la cote après s...La société Foncière de Paris va être retirée de la cote au terme de l'offre publique d'achat qui a permis à Eurosic de s'emparer de près de 99% de...
20/01/2017Le propriétaire exproprié peut exiger une nouvelle c...Lors d'une expropriation, on peut exiger que la nouvelle limite de propriété soit clôturée, même s'il n'existait pas de clôture auparavant, dès lors...
20/01/2017Immobilier : le recours au sous-traitant, parfois dé...Si un entrepreneur fait appel à un sous-traitant, le client peut, en cas de malfaçons, en subir les conséquences....
© 2012-2017 WebImmoSoft - Tous droits réservés.

Vous n'avez pas encore de compte webimmosoft.com ?

Créez votre compte gratuitement, inscrivez-vous.

Vous avez déjà un compte webimmosoft.com ?

Entrez vos identifiants :

Fermer

Titre

Message

Fermer