Empruntis

21/02/2017Louer abordable : un nouveau dispositif fiscal pour ...Annoncée depuis quelques mois, « Louer abordable », une nouvelle mesure fiscale pour l'ancien est entrée en vigueur ce mois-ci. Par ailleurs, le dispositif loi Pinel reste d'actualité en 2017 pour les acheteurs qui souhaitent investir pour louer dans le neuf. Portée par la ministre du Logement et de l'Habitat durable, Emmanuelle Cosse, elle doit permettre en 3 ans de remettre sur le marché locatif 50 000 logements vacants.Principalement dans les zones tendues, « pour agir rapidement sur l’offre de logement abordable là où les besoins sont les plus forts », déclare la ministre.  Pour encourager la location solidaire L'objectif ? Mobiliser le parc privé afin de soutenir le logement abordable et de qualité. « Louer abordable, basé sur un avantage fiscal proportionné et ciblé, donne aux propriétaires la possibilité de faire des économies tout en menant une démarche de solidarité », précise-t-elle. Depuis le 1er février, les propriétaires de logements anciens peuvent ainsi bénéficier d'une déduction fiscale s'ils louent leurs logements à un loyer abordable à des ménages dont les revenus sont plafonnés.  « Cette offre contribue à requalifier le parc en faveur des locataires pour plus de mixité sociale », déclare Blanche Guillemot, Directrice Générale de l'Agence nationale de l'habitat (Anah). Pour que chacun puisse accéder à « un logement digne, adapté à ses besoins et à ses capacités financières », poursuit Emmanuelle Cosse.   Quels logements sont concernés par cette mesure fiscale ? Etendue à tout le territoire, les logements visés pour l'obtention de cette déduction fiscale sont : des biens anciens ou récents non meublés,  des résidences principales du locataire. Louer abordable, « un dispositif simple qui permet de mobiliser rapidement des logements vacants », souligne Thierry Debrand, président de la Fédération des Associations et des Acteurs pour la Promotion et l'Insertion par le Logement (FAPIL). Jugé très incitatif, l'abattement fiscal peut s'élever jusqu'à 85% des revenus locatifs perçus. « Plus le loyer est abordable, plus la déduction est importante », rappelle le ministère.Pour le mettre en oeuvre, il faut que le propriétaire signe une convention avec l'Anah en s'engageant à louer son bien aux conditions prévues par le dispositif. Ce document contractuel est signé sur une durée minimum de 6 ans. Il est possible de le cumuler avec les aides de l'Agence nationale de l'habitat pour y effectuer des travaux de rénovation.  La réduction fiscale varie en fonction du territoire (zones tendues ou moyennement tendues) et de l'effort du propriétaire. Entre 15 et 85% de réduction sont à la clé. Ce dispositif est disponible jusqu'au 31 décembre 2019.  Le dispositif #LouerAbordable de déduction fiscale pour la location solidaire et sécurisée, expliqué en une animation 👇 — Ministère Logement (@Logement_Gouv) 10 février 2017 (le 21 Février 2017) © Empruntis.com
17/02/2017Prêt immobilier : les Français sont optimistes pour ...Selon l'Observatoire de l'habitat Fonciascope, le moral des Français en matière d'immobilier est au beau fixe. Ce sondage réalisé par l'institut de sondage BVA et le réseau d'agences immobilières Foncia indique que malgré les dernières remontées de taux immobiliers, les ménages sont optimistes au sujet de l'évolution du secteur.  58% des sondés estiment que l'année 2017 sera une période propice pour acheter, un pourcentage en hausse depuis 2014 (+13 points). L'approche des élections présidentielles n'entame pas leur dynamisme.  Taux immobilier : des hausses à tous les niveaux « Comme un écho aux annonces répétées en 2016 de "taux historiquement bas" : le coût du crédit reste vu comme le principal levier à l’investissement ; la facilité à en obtenir un est l’élément qui progresse le plus », souligne l'étude. Pour l'heure, les dernières hausses de taux d'emprunt n'ont pas modifié la donne. Cela s'explique certainement par le niveau des taux toujours (très) avantageux si on le compare avec les années précédentes. Preuve que la hausse est modérée en ce début d'année. Le taux moyen observé par Crédit Logement/CSA s'est établi à 1,38% en janvier 2017 contre 1,34% en décembre et 2,13% en janvier 2016. Pour rappel, il s'élevait à 3,22% en décembre 2012.... En janvier, l'organisme de cautionnement bancaire détaille que le taux immobilier  d'accession dans l'ancien affiche 1,40% et celui dans le neuf 1,42%.Dans le détail, le taux fixe affiche pour les dossiers cautionnés en janvier : 1,73% sur 25 ans, 1,47% sur 20 ans et 1,25% sur 15 ans. « Ainsi, la faiblesse des taux des crédits soutient toujours la demande. Et la solvabilité de cette dernière est préservée, aucun des marchés n’ayant eu à  subir une dégradation brutale des conditions de crédit », explique l'Observatoire. Notre baromètre de taux immobiliers vous permet de suivre leur évolution en temps réel.  Le coût du crédit immobilier : un levier pour les projets des Français 78% des Français considèrent que le montant total des intérêts, aujourd'hui relativement faible, est un véritable moteur pour leurs projets. En outre, 58% pensent que les taux bancaires restent favorables, poursuit le Fonciascope. De son côté, Empruntis observe dans un sondage CSA sur les Français et le crédit, une hausse des intentions d'achat de +15% en 2017. Ces projets, qui devraient se réaliser au cours de l'année, concernent majoritairement l'achat d'une résidence principale (10%).  (le 17 Février 2017) © Empruntis.com
16/02/2017Quels sont les taux de prêt immobilier pratiqués sel... Pour le troisième mois consécutif, les taux immobiliers sont à la hausse en France. Toutefois, les emprunteurs ne sont pas tous logés à la même enseigne. Qu’ils vivent à Lille ou à Bordeaux, qu’ils soient avec ou sans apport, qu’ils aient un profil premium ou non... Quels sont les taux d'emprunt pratiqués dans les différentes régions de l’Hexagone en ce mois de février ? Focus. A quels taux pouvez-vous emprunter selon votre région de résidence ? Malgré une progression globale à l’échelle nationale, toutes les régions ne présentent pas les mêmes mouvements, et surtout toutes n’ont pas les mêmes taux d’intérêt. Décryptage. D’abord, nous constatons des disparités dans le nombre de barèmes bancaires reçus. Si l’on note que la région Ouest est celle qui possède le plus grand nombre de grilles bancaires reçues, ce n’est pas pour autant celle dont le nombre de barèmes à la hausse est le plus important. En effet, la région Méditerranée est la grande perdante dans cette catégorie avec pas moins de 11 barèmes bancaires qui progressent. Toutefois, elle demeure parmi les régions dont les taux restent les plus compétitifs. Quels impacts ces nouveaux barèmes ont-ils sur les taux minima et moyens d’emprunt ? Palmarès des taux immobiliers sur les durées les plus demandées : Sur 15 ans, les taux mini oscillent entre 1,05%, 1,09% et 1,10%. La région Nord est celle qui possède le taux d’intérêt le plus compétitif. Quant au taux moyen sur 15 ans, il s’établit à 1,55% partout en France, exception faite de la région Rhône-Alpes-Auvergne qui décroche un taux moyen de 1,50%. Sur 20 ans, les taux mini présentent 1,20% en Méditerranée, puis 1,24% en régions Ouest et Nord, 1,25% en région Est, 1,29% au Sud-Ouest, et pour finir 1,30% dans le Nord et en Rhône-Alpes-Auvergne. Le taux moyen sur 20 ans fluctue, quant à lui, entre 1,70% et 1,80%. Pour connaître tous les taux de prêt immobilier de votre région, consultez notre baromètre. Quelles évolutions prévoir pour les taux bancaires ? Aujourd'hui, il est difficile d'évaluer l'évolution des taux d'emprunt dans les prochains mois, du fait des élections présidentielles et du contexte économique. Une chose est sûre : les taux immobiliers remontent actuellement, il est donc plus que jamais nécessaire de négocier avec les établissements bancaires pour obtenir le taux de prêt le plus optimum pour votre projet immobilier.   (le 16 Février 2017) © Empruntis.com
08/02/2017Immobilier : qui sont ceux qui ont souhaité acheter ... Ces dernières semaines vous n’avez pas pu passer à côté des différents bilans réalisés sur l’évolution du marché immobilier en 2016. Prix pratiqués, évolution des biens achetés, profils des emprunteurs… Tant de données qui vous ont sûrement éclairé sur le portrait des nouveaux propriétaires de 2016… sans toutefois vous informer sur tous ceux qui ont souhaité acquérir un logement sans pouvoir, pour certains, y arriver. C’est pourquoi nous nous sommes penchés sur les intentionnistes de 2016 ! Entre rêves et réalités, qui sont ceux qui ont souhaité acheter en 2016 ? Evolution des demandes de financement et des projets Portées par les diverses annonces sur les taux d’intérêt bas, et les dispositifs législatifs et fiscaux, les demandes de financement immobilier ont évolué à la hausse en 2016 : +16% d’intentionnistes en un an, tous projets confondus (y compris la renégociation). En d’autres termes, les demandeurs de prêt immobilier ont été 16% plus nombreux en 2016. Quant aux projets immobiliers des Français, nous avons relevé que 70% d’entre eux avaient opté pour de l’acquisition. Ces projets d’acquisition concernent : Pour 81% des cas de la résidence principale ; Pour 14% des cas de l’investissement locatif  ; Pour 5% des cas de la résidence secondaire. Notons que 83% de projets d’achat de résidence principale sont souhaités par des primo-accédants. Quant aux biens immobiliers, nous relevons qu’il s’agit de souhaits d’achats dans l’ancien pour la très grande majorité des projets (76%). Achat d’une résidence principale contre investissement locatif : deux projets, deux profils d’intentionnistes Regardons d’abord ceux qui ont souhaité acquérir une résidence principale en 2016. Ils ont en moyenne 37 ans et 9 mois. près de la moitié des intentionnistes sont en couple (51%). Quelle que soit leur situation personnelle, le revenu moyen du foyer est de 3 383€. 53% de ces intentionnistes sont employés ou ouvriers et ils sont en CDI ou fonctionnaires dans 87% des cas. Quant aux potentiels investisseurs locatifs, nous notons qu’ils sont légèrement plus vieux : 42 ans et 3 mois et en couple dans 54% des cas. Ils ont aussi un revenu beaucoup plus élevé à hauteur de 4 644€. Autre différence : la catégorie professionnelle. Nous avons relevé 32% d’employés / ouvriers et 30% de cadres. Pour autant, ils sont 93% à être en CDI ou fonctionnaires. Quant à l’apport, cette caractéristique présente elle aussi quelques différences pour les potentiels acquéreurs de résidence principale ou d’investissement locatif : 31 602€ d’apport pour l’intentionniste résidence principale et 31% de sans apport, contre 24 500€ pour l’intentionniste investissement locatif et 32% de sans apport. Bon à savoir Faites-vous aider par un courtier afin de mettre toutes les chances de votre côté pour réussir votre achat immobilier et avoir les meilleures conditions de financement. Utilisez gratuitement notre comparateur de prêt immobilier.  (le 08 Février 2017) © Empruntis.com
07/02/2017Prêt immobilier : les taux continuent de grimper en ... En ce mois de février, les taux d'emprunt continuent leur lente remontée. Focus sur les taux immobiliers pratiqués. Baromètre des taux immobiliers à la hausse Comme nous vous l’annoncions, le baromètre des taux d’intérêt est globalement en augmentation. Concrètement, cela se traduit par une majorité des taux mini en hausse (4 taux de prêt sur 6 au total) : ces taux immobiliers qui profitent aux meilleurs profils d’emprunteurs présentent des remontées comprises entre 5 et 19 centimes. Les seuils record que nous avions atteints sur les durées plus demandées (15 et 20 ans) depuis le mois de septembre 2016 ne sont plus. Fini les 0,90% sur 15 ans et 1,08% sur 20 ans. Désormais, les emprunteurs « premium » bénéficient de taux immobiliers s'établissant à 1,09% sur 15 ans et 1,20% sur 20 ans. La durée d’emprunt la plus courte (7 ans) et celle la plus longue (30 ans) sont les seules à présenter des taux mini stables ce mois-ci. Concernant les taux moyens, mêmes tendances : ces taux de crédit varient entre stagnation et hausse. Les durées 7 et 30 ans présentent des remontées de 5 et 10 centimes pour atteindre 1,10% sur 7 ans et 2,65% sur 30 ans. Notons que les autres taux moyens (pour les durées 10, 15, 20 et 25 ans) sont stables. Pour plus de détails, n’hésitez pas à consulter l’ensemble des taux immobiliers actuels sur notre baromètre. Quelles politiques commerciales pour les banques ? Si l’on constate que globalement les taux d’emprunt des barèmes des établissements bancaires remontent doucement mais sûrement, toutes les enseignes ne pratiquent pas la même politique. Quand certaines banques n’hésitent pas afficher des augmentations qui peuvent aller jusqu’à 40 centimes, d’autres nous ont toutefois adressé des barèmes à la baisse. C’est le cas pour 38% des barèmes reçus (parmi lesquels 1 banque nationale), qui s’appuient, pour la plupart, sur la baisse pour conquérir des profils premium. Ainsi, plus que jamais les établissements bancaires ne pratiquent pas les mêmes stratégies. Nous vous conseillons donc de faire le tour des banques avec un courtier et de négocier votre projet immobilier.   (le 07 Février 2017) © Empruntis.com
31/01/2017Paris : la surtaxe de 60% sur les résidences seconda...Le Conseil de Paris a voté ce lundi la surtaxe de 60% appliquée sur les résidences secondaires. Cette mesure est rendue possible par une loi votée en fin d'année dernière par les parlementaires. Pourquoi augmenter la surtaxe ? Avant le vote des conseillers parisiens, il existait déjà une surtaxe, de 20% celle-là, appliquée depuis 2 ans. Pourquoi l'augmenter aujourd'hui ? Parce qu'elle n'a pas eu les effets escomptés. La mesure avait en effet pour but d'inciter les propriétaires de logements laissés vacants durant une grande partie de l'année à les vendre ou les louer. « La majoration de 20% instaurée jusqu'à maintenant n'est en effet pas suffisante, notamment au regard du niveau du taux de taxe d'habitation parisien. Celui-ci s'élève à 13.38% alors qu'il s'établit en moyenne à 24.19% à l'échelle nationale », explique la Ville de Paris.  Plus de 100 000 biens vacants Car les enjeux sont importants. Il y a tout d'abord le nombre de biens inoccupés durant la majeure partie de l'année (107 063). La part des résidences secondaires tend, du reste, à s'accroître (+7.8% en 2015, contre +5.6% en 1999). « Alors que [...] la tension sur le logement reste vive, la municipalité ne peut se satisfaire de voir transformer des résidences principales en résidences secondaires au détriment de ceux qui vivent et travaillent à Paris ».  Autre intérêt pour Paris : les recettes fiscales attendues, estimées à 43 millions d'euros. Une somme non négligeable, alors que la participation de la capitale à la péréquation augmente et que les dotations de l'État, elles, reculent. La péréquation ? Il s'agit du dispositif de répartition des richesses entre les entités territoriales. Ce système a pour objectif de diminuer les richesses entre les collectivités. Bon à savoir Vous souhaitez acheter à Paris, dans sa région ou ailleurs ? N'hésitez pas à vous renseigner sur les taux immobiliers actuels. Nos baromètres vous indiquent les taux moyens et les meilleurs taux immobiliers dans votre région.  Les maires peuvent choisir le taux de surtaxe  Cette idée de relever la surtaxe trottait déjà l'an dernier dans la tête des conseillers parisiens. Ils ont pu la voter suite à l'adoption en novembre dernier par le Parlement d'une mesure autorisant les municipalités concernées à augmenter la majoration (plus de 1 100 communes sont concernées). Elles seules décident de l'ampleur de la majoration (entre 5% et 60%). À noter que les propriétaires disposant à Paris d'une résidence secondaire pour des motifs professionnels peuvent bénéficier d'un dégrèvement de la surtaxe.  (le 31 Janvier 2017) © Empruntis.com
30/01/2017Construction : le secteur reprend des couleurs en 20...Le secteur de la construction à la relance... Selon les derniers chiffres publiés par le ministère du Logement, les mises en chantier ont grimpé de 10.4% en 2016 par rapport à l'an dernier à la période correspondante. Bénéficiant d'une conjoncture favorable, 376 500 unités ont été lancées l'an dernier. Seule ombre au tableau : un ralentissement de l'activité en fin d'année. Les mises en chantier dans le détail Cette augmentation de plus de 10% inclut plusieurs variations :  les logements collectifs (+13.4%) ;  les logements individuels purs (+8.4%) ; les résidences (+6.4%) ;  les logements individuels groupés (+4.1%). À noter qu'au 4e trimestre, une légère décélération est observée : +7.7% par rapport au 4e trimestre 2015, à 109 500 biens. Toutefois, il s'agit d'une hausse légèrement moins rapide qu'au trimestre précédent (de -0.5%).    Les permis de construire s'inscrivent dans la même tendance Les permis de construire ne sont pas en reste. Le ministère enregistre une belle progression de 19%, à 453 200 autorisations, portée par le dynamisme des logements collectifs. Cette hausse est importante car les autorisations sont annonciatrices des futures mises en chantier.  En attendant, le dernier trimestre 2016 est stable ou presque : -0.1% par rapport au 3e trimestre, après une progression de 8.4%. En revanche, les résultats sont sans équivoque : +12.3% par rapport au dernier trimestre 2015. Comment expliquer ce regain du secteur ? Selon Emmanuelle Cosse, ministère du Logement, ces résultats « permettent de mesurer sur une période longue les effets du plan de relance de la construction. En effet, depuis 2 ans, les chiffres de la construction connaissent des progressions continues, résultat de politiques publiques qui ont permis de concilier dynamisme de l'activité et maîtrise des prix [...]. C'est une bonne nouvelle pour le logement et pour l'emploi des Français, il faut s'en féliciter mais surtout garder le cap et poursuivre l'effort dans la durée [...] ».  D'autres raisons expliquent le rebond du secteur. Il y a en premier lieu le niveau bas des taux immobiliers en 2016, avec des seuils jamais vus depuis la Seconde Guerre mondiale. Quant aux autres explications, elles tiennent au maintien de la loi Pinel, un dispositif d'investissement locatif, et du Prêt à taux zéro (PTZ). Pour mémoire, le PTZ est un prêt aidé accordé à un taux d'intérêt à 0%. Il est attribué aux primo-accédants achetant dans le neuf. Pour les acheteurs dans l'ancien, il est possible d'en bénéficier à condition d'effectuer des travaux importants (25% du coût total de l'opération). Pour savoir si vous êtes éligible au Prêt à taux zéro, vous pouvez effectuer une simulation PTZ à l'aide de notre calculette.       (le 30 Janvier 2017) © Empruntis.com
25/01/2017Faire construire : quels sont les éléments à prendre...Pour se lancer dans la construction de son futur chez-soi, plusieurs étapes doivent être suivies attentivement.Source de stress, un projet d'une telle ampleur peut prendre du temps... Trop de temps pour 64% des Français, selon un sondage réalisé par Budget-maison.com. Le site spécialisé dans la comparaison de constructeurs de maisons individuelles dresse l'état des lieux du rapport des Français à la construction.  Construction : que craignent les Français ? Si la majorité des personnes interrogées (73%) se montrent impatientes lorsqu'elles font construire, beaucoup pensent que la construction est trop chronophage. En effet, ce type d'opération peut durer plus d'un an contrairement à un achat dans l'ancien (3 mois en moyenne entre le compromis et l'acte du notaire). Ce qui prend le plus de temps selon les sondés : Trouver un terrain (55%), la durée du chantier (45%). En outre, les Français sont inquiets lorsqu'on les interroge sur la construction. Leurs principales craintes sont : le manque de suivi et de garantie de la part du constructeur (59%), l'abandon du chantier (38%) et la non-conformité entre le rendu et les plans (28%), le retard de livraison (21%). Quels sont les éléments à prendre en compte avant de se lancer ? Pour réaliser son projet de construction, il est essentiel de bien choisir son professionnel. « Il existe des constructeurs expérimentés, légitimes et avec une bonne réputation [...] Mais il en existe d’autres bien moins réputés et professionnels et qui n’offriront pas les mêmes garanties », note Budget-maison.com. Pour cela, il ne faut pas hésiter à comparer et à se renseigner sur le constructeur. Le bouche à oreille est également un bon moyen de se faire un avis.Lisez bien le contrat... Celui-ci garantit l'opération. « Le Contrat de Construction de Maison Individuelle (CCMI) a été créé pour protéger les clients. Dans ce cas de figure, le constructeur présente des garanties techniques et financières en collaboration avec de grands assureurs. Cela permet d’éviter les mauvaises surprises en matière de livraison, de faillite, etc.». Ce contrat comporte les garanties : de livraison, dommage-ouvrage, de remboursement, de parfait achèvement, biennale (également appelée garantie de bon fonctionnement) et, décennale (qui couvre la réalisation pendant 10 ans). Un gage de qualité pour les futurs propriétaires. Bon à savoir : Dès le 1er mars 2017, le recours à un architecte pour la réalisation de travaux nécessitant un permis de construire devient obligatoire dès 150m². Budget immobilier : avoir un financement béton Il est également essentiel de bien budgétiser le montant total de l'opération : le coût du terrain, les frais de notaire, le montant de la construction, etc. Pour votre prêt immobilier principal, n'hésitez pas à suivre l'évolution des taux immobiliers de votre région. De plus, vous pourrez compléter ce crédit avec des prêts aidés tels que le Prêt à taux zéro (PTZ) selon les ressources du ménage et la zone d'implantation du terrain. (le 25 Janvier 2017) © Empruntis.com
24/01/2017Construction : top 3 des raisons de faire construire...Façonner sa maison à son image, c'est le rêve de beaucoup de Français. S'ils sont nombreux à désirer faire construire un bien entièrement adapté à leurs besoins, beaucoup considèrent que l'aventure est semée d'embûches. Le comparateur de constructeurs de maisons Budget-maison.com révèle les résultats d'un sondage réalisé en décembre 2016. Faire construire un logement : un parcours mal perçu par les Français Se lancer dans la construction d'un logement relève d'un véritable casse-tête pour les Français. « Le sondage semble démontrer une vision pessimiste de la construction par les Français », explique Budget-maison.com. Le premier frein à leurs projets de construction, le prix. La plupart des sondés estiment que le coût d'un terrain est exorbitant (71%). En effet, avant de faire construire son petit nid douillet, l'étape essentielle est de devenir propriétaire d'un terrain. D'autres expliquent ne pas en trouver à la vente (16%)... dans certaines villes, les terrains se font parfois rares et chers. Pour connaître le coût de l'opération, « il faut comparer les prix des terrains selon ce qui est proposé dans la région même, tout en sachant que les maisons d’un même quartier seront généralement estimées au même tarif. En partant de là, on peut mieux relativiser le coût du projet et remarquer qu’en tant que tel, un terrain ne coûte pas si cher... », explique José Flavigny, constructeur de Maisons individuelles Kerbea. Dans un second temps, les Français sont effrayés par ces gros chantiers (21%). 15% jugent même que la construction est trop complexe. 3% préfèrent les biens anciens aux biens neufs. Top 3 des raisons de se lancer dans la construction de son « Home sweet home » 1) Profiter des avantages du Prêt à taux zéro (PTZ) : Le fait de construire un bien neuf peut vous permettre de le financer avec le Prêt à taux zéro. Ce prêt aidé peut effectivement financer jusqu'à 40% de l'opération sous conditions : être primo-accédant, c'est-à-dire ne pas avoir été propriétaire depuis 2 ans et ne pas dépasser un certain niveau de revenus en fonction du zonage. Découvrez comment calculer votre PTZ.  2) Vivre dans une maison adaptée à ses envies : Le comparateur indique que 69% des répondants sont poussés à faire construire leur maison pour la créer entièrement à leur image. Même s'il est possible de réaliser des gros travaux dans une maison ancienne, faire appel à un constructeur permet de donner vie à des envies d'aménagement précises.  3) Etre le propriétaire d'une maison plus écologique et augmenter son confort : 44% des Français désirent posséder une maison plus écologique. Les biens neufs doivent en effet respecter les dernières normes en vigueur telle que la RT 2012 (règlementation thermique). L'objectif de celle-ci est de rendre le bien moins énergivore en obtenant une consommation d'énergie de 50kWh/ep/m²/an. Vivre dans une maison neuve est une manière d'améliorer le confort du foyer pour 38% des personnes interrogées.  (le 24 Janvier 2017) © Empruntis.com
23/01/2017Prêt : les taux immobiliers remontent lentement mais...Une des tendances à retenir en cette nouvelle année est clairement la hausse des taux de prêt immobilier. En décembre, les barèmes affichés par les banques entamaient une légère remontée. Les taux communiqués en janvier par les banques (taux en vigueur) et par l'Observatoire Crédit Logement/CSA (taux obtenus lors des demandes de cautionnement du mois précédent) confirment ce phénomène nouveau. Le taux moyen s'élève à 1,34% en décembre 2016 Après plusieurs mois de baisses de taux de prêt immobilier, la courbe s'inverse. A l'instar des prévisions d'Empruntis, le taux moyen observé par l'Observatoire Crédit Logement/CSA s'est élevé en décembre 2016. Ce taux immobilier moyen, obtenu après l'étude de plus de 16 000 opérations par l'organisme, a augmenté de 3 centimes en un mois. Un saut de puce... qui prouve que la progression des taux d'emprunt est pour l'instant modérée. « En dépit des tensions qui affectent les marchés obligataires depuis la fin de l’été, la remontée des taux des crédits immobiliers n’a donc été ni rapide, ni très forte. Il est vrai que la révision, puis la diffusion des barèmes commerciaux des banques ne sont jamais instantanées », note l'Observatoire.Les derniers barèmes reçus par Empruntis à la mi-janvier corroborent une tendance générale : 34 établissements régionaux augmentent leurs taux de crédit immobilier de 2 à 28 centimes et 8 banques nationales de 1 à 20 centimes.  Des professionnels optimistes pour l'année 2017 Bien que les taux de prêt immobilier grimpent sensiblement, les conditions de financement restent avantageuses pour les emprunteurs. Un facteur positif pour le marché et pour les professionnels (agents immobiliers, promoteurs, constructeurs, gestionnaires de patrimoines, etc.).74% des professionnels sont optimistes pour l'année 2017, selon le 7ème baromètre Crédit Foncier/CSA. Deux ans plus tôt, ils faisaient plutôt grise mine avec seulement 35% qui voyaient le verre à moitié plein... En 2017, « l’optimisme des professionnels se nourrit principalement de l’attractivité du marché (pour 71% des professionnels), des niveaux bas de taux d’intérêt de crédit (69%) et du dispositif de Prêt à taux zéro (69%)», détaille le baromètre. L'approche des élections présidentielles est cependant une des raisons du pessimisme des répondants (77%). Autre bonne nouvelle si elle se confirme : les prix devraient rester stables selon les personnes interrogées. 66% estiment qu'ils ne bougeront pas dans le neuf et 55% dans l'ancien. Seuls 22% anticipent une augmentation des prix et 6% une baisse. Dans l'ancien : 17% prévoient une hausse et 21% une baisse. La stabilité des prix est un élément qui devrait favoriser les projets immobiliers des ménages et pallier la hausse des taux bancaires. (le 23 Janvier 2017) © Empruntis.com

cBanque

22/02/2017Scor : bénéfice net 2016 en baisse de 6,1% à 603 M E...Le réassureur français Scor a dégagé un bénéfice net en baisse de 6,1% à 603 millions d'euros en 2016, selon un communiqué publié mercredi, ce...
22/02/2017La Bourse de Paris attendue en hausse, aidée de Wall...La Bourse de Paris est attendue en hausse mercredi dans le sillage de Wall Street, poursuivant sur sa lancée de la veille à l'occasion d'une séance...
21/02/2017HSBC France : le bénéfice net fond de 30% sous l'eff...HSBC France, filiale du groupe bancaire britannique HSBC, a vu son bénéfice net baisser de 30% en 2016, à 310 millions d'euros, notamment rogné par...
21/02/2017Nexity : résultat opérationnel courant meilleur que ...Le groupe immobilier Nexity a publié mardi un résultat opérationnel courant supérieur à ses prévisions et meilleur qu'attendu par les analystes pour...
21/02/2017Immobilier : des députés veulent maintenir le PTZ en...Les divers dispositifs visant à faciliter l'achat d'un logement doivent être stabilisés, estime un rapport parlementaire qui préconise par exemple de...
21/02/2017Prélèvement à la source : le Medef dégaine son plan ...Opposé au prélèvement à la source de l'impôt sur le revenu, le Medef a présenté mardi une proposition alternative, qui repose également sur le...
21/02/2017La Bourse de Paris finit dans le vert, aidée par des...La Bourse de Paris a terminé dans le vert mardi (+0,49%), aidée par des indicateurs jugés encourageants en zone euro et un redémarrage en hausse à...
21/02/2017Banque Populaire-Caisse d'Epargne mise toujours sur ...Comment adapter un mastodonte comme BPCE, 20% du marché français de la banque de détail, à l’âge du digital ? Le 2e groupe bancaire français...
21/02/2017Assurance-vie Advize : de la gestion copilotée au pi...Lancé en 2012, Advize fait office de précurseur dans la famille des courtiers offrant une dose de conseils automatisés. Son originalité ? Le «...
21/02/2017Le Livret A démarre 2017 sur les chapeaux de roueLe Livret A a démarré 2017 en fanfare, les dépôts ayant dépassé les retraits à hauteur de 2,89 milliards d'euros en janvier, selon des données...
21/02/2017Rénovation énergétique : investir massivement est po...Seul un « grand plan » de rénovation énergétique des logements, dans lequel l'Etat injecterait 36 milliards d'euros d'investissement public d'ici...
21/02/2017Assurances : Crédit Mutuel Arkéa investit 2 millions...Crédit Mutuel Arkéa a annoncé mardi avoir investi deux millions d'euros dans la start-up Fluo, spécialisée dans les assurances, une somme destinée à...
© 2012-2017 WebImmoSoft - Tous droits réservés.

Vous n'avez pas encore de compte webimmosoft.com ?

Créez votre compte gratuitement, inscrivez-vous.

Vous avez déjà un compte webimmosoft.com ?

Entrez vos identifiants :

Fermer

Titre

Message

Fermer