Empruntis

23/05/2017Prêt immobilier : la part du rachat de crédit immobi...Les derniers chiffres de la Banque de France montrent une évolution toujours forte des crédits immobiliers en mars 2017. Les encours augmentent, le taux moyen se stabilise, le taux de croissance progresse... Empruntis détaille les résultats de l'enquête mensuelle de la BdF. La part du rachat de crédit immobilier baisse Si en janvier 2017 la part des renégociations de crédit immobilier représentait 61,6% des nouveaux crédits à l'habitat, cette proportion recule en mars pour s'établir à 52,1% (59,8% en février). Le rachat de crédit immobilier était porté par le niveau des taux immobiliers historiquement bas. Beaucoup d'emprunteurs ont profité des seuils record pour faire racheter leurs prêts immobiliers. Logiquement, la proportion des rachats est en baisse, bien que prépondérante, dans la production des nouveaux crédits à l'habitat. Le mouvement s'essouffle néanmoins. Celui-ci « s'accompagne d'une hausse de production mensuelle des crédits à l'habitat hors renégociations ». La production de prêts immobiliers reste dynamique Malgré la hausse des taux d'intérêt observée depuis le mois de décembre, la production de crédits immobiliers se maintient. On observe que le taux de croissance des encours augmente de +5,4% en mars. Le secteur retrouve « un taux de croissance inédit depuis 5 ans ». Toutefois, « on n'observe pas d'accélération de l'activité, qui reste extrêmement dynamique en mars.» L'encours des crédits immobiliers s'élève à 914 milliards d'euros, avec une production pour le seul mois de mars de 32 milliards d'euros. Un montant en baisse puisqu'en décembre il était de 33,2 milliards, de 37 milliards en janvier, de 32,7 milliards en février... mais supérieur à la production d'octobre (24,5 milliards) et de novembre (27,9 milliards). Le taux moyen observé se stabilise à 1,53% en mars, contre 1,54% en fevrier et 1,50% en janvier et en décembre. Celui-ci est en deçà du taux moyen enregistré aux mois d'octobre et de novembre avec 1,60% et 1,56%. (le 23 Mai 2017) © Empruntis.com
22/05/2017Immobilier : et pour se loger les Français dépensent...Le logement est une des principales préoccupations des Français et il s'agit d'un poste de dépense important... Quel est le budget moyen pour se loger dans l'Hexagone en 2017 ? C'est à cette question que répond le dernier baromètre de la conso et du quotidien Sofinscope.  «Toi toi mon toit » Le budget moyen dédié au logement s'élève à 631 euros par mois en 2017, soit une baisse de 30 euros par rapport à 2016 (-4,5%). Dans le détail, la nature du logement, la localisation et le statut de l'habitant font varier cette moyenne. Ainsi, le budget des locataires HLM est de 470 euros (en hausse de 2 euros). En province, il s'établit à 607 euros (en baisse de 23 euros). En région parisienne, il affiche 741 euros (en baisse de 67 euros). Pour les locataires dans le privé, il monte à 662 euros (en hausse de 14 euros) alors que pour les propriétaires en cours d'acquisition, il est de 739 euros (en baisse de 107 euros). La check-list pour demander un prêt immobilier Pour les locataires qui souhaiteraient passer le cap et devenir propriétaires cette année, Empruntis vous accompagne dans votre projet. En devenant propriétaire, vous remboursez certes les intérêts du prêt immobilier, mais également une partie du capital (voir simulation de tableau d'amortissement). Une opération qui peut s'avérer avantageuse. Mais avant de se lancer dans un projet d'achat immobilier, quelques étapes doivent être respectées pour optimiser ses chances d'obtenir une offre de prêt.  Avoir une situation professionnelle stable,  Préparer un dossier béton avec 3 derniers relevés de compte sans incidents,  Présenter 10% d'apport,  Faire le tour des banques en comparant les prêts immobilier pour obtenir le meilleur taux. Le logement grignote les dépenses liées aux loisirs La part du budget allouée au logement dans les revenus du foyer est jugée trop importante pour 57% des locataires. A contrario, 68% des propriétaires estiment qu'elle est « comme il faut ». Dans l'ensemble, 57% des Français jugent ce poste à l'équilibre, contre 39% qui le considèrent trop élevé.Le budget logement a néanmoins un impact sur les dépenses liées aux vacances, aux travaux, aux loisirs, à l'alimentation ou encore aux habitudes d'épargne. Pour les locataires, la part trop importante du logement les prive d'une capacité d'épargne (79%), mais aussi les restreint pour les dépenses de voyage (75%), de loisirs (73%) ou encore alimentaires (65%). A la question « avez-vous des difficultés pour faire face à votre loyer ou emprunt immobilier ? » : 68% répondent non et 31% oui. Preuve d'un certain équilibre puisque cette proportion est en recul de 3 points en 2017. Pour pallier les difficultés financières liées au toit, les sondés réduisent les autres dépenses (61%), cherchent un deuxième emploi ou une augmentation (34%), déménagent pour un bien moins cher (15%), plus petit (9%) ou en colocation (4%).  (le 22 Mai 2017) © Empruntis.com
18/05/2017Gouvernement : Richard Ferrand, nouveau ministre de ...Après l'élection d'Emmanuel Macron à la Présidence de la République, la nomination du ministre du Logement s'est fait attendre... Le gouvernement du Premier ministre, Edouard Philippe, a finalement été annoncé hier. Et il n'y aura pas de ministère du Logement comme nous le connaissions jusqu'alors. Une première depuis des décennies. A la place, le gouvernement a décidé de créer le ministère de la Cohésion des Territoires. A sa tête, Richard Ferrand, député du Finistère et Secrétaire général du mouvement d'Emmanuel Macron, En marche, qui sera également en charge du Logement. « Je suis le ministre du Logement », déclarait-il dans la matinale d'Europe 1. Certainement pour rassurer les professionnels du secteur qui s'étonnaient de l'absence d'un ministre du Logement.   Richard Ferrand reprend le flambeau d'Emmanuelle Cosse, ancienne ministre du Logement et de l'Habitat durable. Ce renouveau a fait couler des tweets chez les professionnels de l'immobilier... De son côté, la Fédération nationale de l'immobilier (FNAIM) « déplore l'absence d'un ministère ou d'un secrétariat général dédié au logement dans la composition du nouveau gouvernement ». Fabrice Abraham, Directeur général du réseau d'agences immobilières Guy Hoquet, s'est interrogé sur son compte Twitter : « une politique du logement ambitieuse et pragmatique, visible et stable ne mérite-elle pas un grand Ministère ? ».  Un bon signal pour le secteur « L’intégration du logement dans le Ministère de la Cohésion des Territoires nous semble de bonne augure car la problématique du logement doit être traitée dans son contexte : bassins d’emploi, revitalisation des zones moins tendues, infrastructures permettant aux entreprises et aux ménages d’élargir le champ des possibles grâce à une diversification de l’offre. Pour autant, les fondamentaux pour faciliter l'accès au logement devront être préservés, et élargis, notamment le PTZ. A ce titre, nous nous réjouissons de la première annonce du Ministre lors du passage de témoin qui va dans ce sens : ne pas créer de nouvelles lois et améliorer l’existant », explique Cécile Roquelaure, Directrice communication et études d’Empruntis.Lors de la passation de pouvoirs, le mercredi 17 mai, le nouveau ministre a en effet déclaré au sujet des dispositifs de l'Etat dédiés au logement « qu'il n'y a aucune hâte à voter de nouvelles lois. Il faut parfaire ce qui a été mis sur les rails ». Une déclaration qui s'inscrit dans la dynamique portée par Emmanuel Macron qui expliquait vouloir évaluer les dispositifs et « concentrer les moyens là où ils sont vraiment nécessaires ». Il n'est donc pas certain qu'une loi Ferrand fasse son apparition dans l'investissement locatif pour remplacer celles déjà en place.  (le 18 Mai 2017) © Empruntis.com
17/05/2017Taux de prêt immobilier : enfin des baisses en régio... Nous vous l’annoncions en début de mois lorsque nous avons fait le point sur les taux d’emprunt nationaux, certains établissements bancaires présentaient des barèmes à la baisse. Au niveau régional, même tendance. Décryptage. Quoi de nouveau du côté des barèmes bancaires ? Si nous avons relevé peu de nouvelles grilles bancaires en ce mois de mai, toutes les régions ne sont pas logées à la même enseigne. En effet, la région Sud-Ouest dénombre 8 nouveaux barèmes, alors que la région Est n’en compte que 2 nouveaux. Parmi les nouvelles grilles de banques, c’est la région Ouest qui comptabilise le plus grand nombre de hausses avec 4 barèmes en augmentation. Pour les autres, les barèmes à la hausse sont en moyenne de 2. Toutefois, tous les barèmes n’augmentent pas ; au contraire plusieurs établissements affichent des baisses ou des stagnations. La raison de ces évolutions ? Les banques se repositionnent à la baisse ou à la hausse face à leurs concurrentes en fonction de l'atteinte de leurs objectifs. Notons de plus que 4 établissements nationaux ont présenté de nouveaux barèmes : 2 augmentent et 2 diminuent. Malgré le peu de nouveaux barèmes en mouvement, cela aura suffi à faire évoluer les taux d’emprunt (mini et moyens) à la baisse. Recul et stagnation pour tous les taux immobiliers Que l'on prenne les taux mini ou les taux moyens, mêmes tendances : baisses ou stagnations. D’abord les taux mini (dont profitent les meilleurs profils d’emprunteurs), bonne nouvelle : les durées les plus demandées que sont 15 et 20 ans, affichent respectivement 1% et 1,30% dans l’ensemble des régions. C’est la région Nord qui présente le plus de baisses avec 5 durées qui diminuent. Au total, sur l’ensemble des régions nous avons identifié : un seul taux minima qui augmente ; 26 taux d’intérêt mini en baisse. Ces baisses sont comprises entre 1 et 20 centimes ; 15 taux d’emprunt mini qui stagnent. Quant aux taux moyens : 30 taux immobiliers diminuent. Les diminutions sont soit de 5, soit de 10 centimes ; 12 taux restent stables. Pour connaître l’ensemble des taux immobiliers pratiqués chez vous, consultez notre baromètre des taux immobiliers dans les différentes régions. (le 17 Mai 2017) © Empruntis.com
15/05/2017IDF : l'immobilier francilien reste dynamique selon ...Dynamisme, tel est le mot qui résume l'activité immobilière francilienne en février 2017. Selon la dernière note de conjoncture des Notaires de Paris-Ile-de-France, le marché affiche des hausses de prix, mais aussi du volume des ventes. Le constat est le même dans les grandes villes de France. Signe de l'attractivité de la pierre pour les ménages qui profitent toujours des taux immobiliers bas.  Des prix et des ventes en hausse en Ile-de-France Les taux de prêt immobilier continuent de booster le marché. Un phénomène qui pallie, pour l'heure, la hausse des prix ? Ces derniers affichent en effet des augmentations en Ile-de-France... Et s'affolent dans la capitale qui tire la moyenne globale vers le haut. En IDF, le prix au m² atteint 5 460€ dans l'ancien, soit une hausse de +3,8% en un an. A Paris, c'est encore plus fort avec +5,2% sur un an et un prix moyen de 8430€/m². Dans le détail, l'augmentation est plus marquée pour les appartements (+3,8%) que pour les maisons (+1,9%). Le prix moyen pour une maison ancienne en IDF s'élève alors à 293 700 euros (+1,9% sur un an). Tout dépend de la localisation du bien, de son état, etc.  Les transactions enregistrent +19% en un an, avec 42 060 ventes de décembre 2016 à février 2017. Preuve de la bonne santé du marché. « Les premiers résultats de mars 2017 font état d'une nouvelle progression des ventes. L'approche des élections présidentielles est restée sans effet sur le marché au 1er trimestre. En revanche, l'orientation haussière des taux d'intérêt a pu inciter les acquéreurs à concrétiser rapidement leur acquisition », soulignent les Notaires.  Simuler ses frais de notaire pour connaître son budget immobilier Avant de vous lancer dans un achat immobilier, il faut penser à bien évaluer sa capacité d'achat, donc d'emprunt. Même s'il est possible d'emprunter à 110%, c'est-à-dire sans apport, en règle générale, les banques attendent un minimum de 10% d'apport. Celui-ci doit permettre de couvrir les frais d'agence et les frais de notaire. Vous pouvez effectuer la simulation des frais de notaire sur Empruntis pour pouvoir les inclure à votre enveloppe budgétaire.  (le 15 Mai 2017) © Empruntis.com
12/05/2017Immobilier : faites-vous confiance à votre agent imm...« Les étiquettes ont la vie dure ». Les Français ont une mauvaise image des agents immobiliers, selon un sondage réalisé par la plateforme internet Consortium-immobilier. Et ils ont du mal à se défaire de leur réputation... Des méthodes de vente parfois jugées agressives, un manque de suivi des dossiers ou tout simplement de l'appréhension... peuvent expliquer les résultats de l'enquête.  Les conseillers en immobilier sont-ils victimes d'une mauvaise image à tort ? Il semble que rien ne rassure les particuliers, pas même les émissions télévisées type Maison à vendre, Chasseur d'appart', etc. censées démocratiser la profession... 68% des Français ont une mauvaise image des agents immobiliers Les agents immobiliers ont en effet du mal à séduire leurs potentiels clients. Consortium-immobilier en fait le constat : 42% des personnes interrogées ont une mauvaise image des agents immobiliers et 26,2% une très mauvaise perception. Ce qui gonfle le total à 68% !Les émissions de Stéphane Plaza n'ont pas changé l'image qu'ils se faisaient des agents immobiliers (76,4%). Seulement 21,8% ont un peu changé d'avis... Une mauvaise expérience pourrait être la cause de cette mauvaise image ? 84,5% des sondés ont déjà eu recours à ces professionnels. Et les grands réseaux d'agences ne changent pas la donne puisque 48% ne font confiance à aucune d'entre elles... Orpi arrive en tête (17%) des enseignes les plus appréciées, suivie par Stephane Plaza immobilier (15,1%), Laforêt et Century 21 (12,3%) et Guy Hoquet (11,3%), pour ne citer que les plus représentées dans le classement.    Pourquoi faire appel à un agent immobilier ? S'ils ont mauvaise presse, les agents immobiliers jouent tout de même un rôle clé pour les projets des ménages. Et ces derniers l'ont bien compris puisque 45% feront appel à leur expertise pour acheter un bien. 41,3% se passeront de leurs services. Même constat pour la vente d'un bien : 49,1% les solliciteront. Un pourcentage très très proche des personnes qui le feront seules (48,2%). Les agents immobiliers ont encore du pain sur la planche pour les convaincre...  Les sondés indiquent qu'ils sollicitent principalement les agents immobiliers pour : réaliser l'estimation du prix de vente du bien (51,4%), obtenir un expertise et des conseils avisés (49,5%), visiter des biens (46,7%), gagner du temps (38,3%). Alors pourquoi se priver des services d'un professionnel de l'immobilier ? Pour faire le bon choix de son professionnel, 39% optent pour la proximité géographique, 34% pour sa réputation, 27% pour le relationnel et 26% pour le montant de ses honoraires... Les frais d'agence sont en effet un véritable frein pour les Français, cités par 42% des sondés qui souhaitent les économiser. Mais faire confiance à son agent immobilier peut aussi permettre de trouver la perle rare et de bénéficier de conseils d'un professionnel spécialisé sur son secteur. Et tout travail mérite salaire. Entre la publicité, les visites, la rédaction du compromis de vente,... l'agent immobilier ne compte pas ses heures pour satisfaire ses clients.  Bon à savoir :Avec Empruntis, réalisez la simulation de votre prêt immobilier pour connaître le montant des frais de notaire, votre capacité d'emprunt, votre taux d'endettement, le coût du crédit, etc. (le 12 Mai 2017) © Empruntis.com
09/05/2017Investissement immobilier : top 10 des villes où inv...Et la ville où il fait bon investir en 2017 est ? Paris ? Lyon ? Bordeaux ? Que nenni ! Il s'agit de Rennes qui se hisse tout en haut du classement d'Explorimmo et Explorimmoneuf. Dans cette 6ème édition, les cartes sont redistribuées avec la surprenante arrivée de Grenoble (8ème) et la chute de Toulouse (10ème).  Classement 2017 des villes les plus attractives pour un investissement immobilier 1) Rennes,  2) Bordeaux,  3) Montpellier,  4) Nantes,  5) Lyon,  6) Lille,  7) Strasbourg,  8) Nîmes,  9) Grenoble,  10) Toulouse. Pour établir ce top 10, Explorimmo a attribué des notes aux villes en fonction de la démographie, de l'emploi, de la vie étudiante, des prix dans le neuf et dans l'ancien, des loyers, de la part des investisseurs, de la taxe foncière et du niveau des taux de prêt immobilier.  Un trio de tête attractif Le trio de tête se montre donc très attractif pour un investissement locatif, notamment en raison de nouveaux aménagements urbains... A Rennes, la nouvelle ligne à grande vitesse LGV, une nouvelle ligne de métro fera son apparition d'ici 2020 ou encore l'opération EuroRennes avec la construction de nombreux logements, de bureaux et de commerces. « Avec une forte demande locative, elle séduit entreprises et salariés et offre une attractivité immobilière de premier plan », note Explorimmo. Les prix sont inférieurs que la capitale avec « (2 500 €/m2 en moyenne contre 8 500 €/m2 à Paris ».  A Bordeaux, l'arrivée de la LGV dès le mois de juillet qui ne cesse de faire parler d'elle. Celle-ci relie la belle endormie à la capitale en seulement 2 heures... Une ville dynamique et attractive « même si ses prix ont progressé significativement (3 250 €/m2 en moyenne + 6 % sur un an et 4000 à 4500 €/m2 voire 5000 €/m2 dans les quartiers prisés) ».A Montpellier, en troisième position, le marché est « en bonne santé et les prix se stabilisent (2 500 €/m2 en moyenne dans l'ancien et 3 700 €/m2 dans le neuf) ». Investissement : des conditions attractives Pour les investisseurs dans le neuf, le dispositif loi Pinel est un véritable moteur jusqu'à fin 2017. Celui-ci permet de déduire de ses impôts les intérêts du prêt, la taxe foncière, les frais d'entretien, etc. De plus, les conditions de crédit immobilier sont toujours favorables aux emprunteurs. Il est donc conseillé de profiter de cette conjoncture pour investir dans la pierre, le placement préféré des Français...  (le 09 Mai 2017) © Empruntis.com
05/05/2017Taux de prêt immobilier : quelques légères baisses e...« Il était temps » est certainement l’expression que vous allez dire en lisant cet article. Puisque oui, certains établissements bancaires ont présenté des barèmes à la baisse en ce début de mois de mai. Notons cependant que ce n’est pas propre à la majorité des barèmes reçus mais cela implique tout de même une légère accalmie dans la hausse des taux d’emprunt immobilier. Retour sur les évolutions que connaissent les barèmes bancaires, ainsi que les taux de crédit au mois de mai. Quelques reculs pour les barèmes de banques nationales et régionales Chez Empruntis, nous avons reçu 2 grilles bancaires issues d’établissements nationaux à la baisse. Ces baisses vont de 5 à 15 centimes et concernent tous les profils et toutes les durées. Nous avons aussi relevé que 5 banques régionales diminuent leurs barèmes bancaires, là aussi de 5 à 15 centimes. Pour autant, cela ne représente pas la majorité des barèmes reçus, puisque 16 établissements bancaires maintiennent les mêmes grilles, et 13 établissements rehaussent de quelques centimes leurs grilles. Mais il n'aura fallu que ces quelques mouvements à la baisse pour impacter (un peu) les taux minimaux et (beaucoup) les taux moyens. Un baromètres des taux majoritairement à la baisse Commençons par les taux d’intérêt mini. Rappelons que ces taux immobiliers sont accordés aux meilleurs profils d’emprunteurs. Globalement ces taux d’emprunt n’ont pas été impactés par les quelques barèmes bancaires qui ont reculé, puisqu’il n’y a que les taux mini sur 15 et 30 ans qui reculent respectivement de 5 et 16 centimes. Trois taux mini augmentent modérément de 1 à 6 centimes, il s’agit des taux de crédit sur 7, 20 et 25 ans. Pour finir, seul le taux minima sur 10 ans stagne. Quant aux taux moyens, nous relevons que le baromètre est à l’avantage des emprunteurs car pour la première fois depuis plusieurs mois, aucun de ces taux d’emprunt ne présente d’augmentation. En effet, 3 durées présentent des baisses, parmi lesquelles les durées les plus demandées (15 et 20 ans) ; et 3 durées restent stables. Pour réaliser vos projets immobiliers et profiter de meilleurs taux de prêt, n’hésitez pas à utiliser notre comparateur de crédit immobilier.   (le 05 Mai 2017) © Empruntis.com
02/05/2017Logement : nouvelle hausse des prix immobiliers en F...Vous êtes en quête d'un logement ? La hausse des taux d'emprunt semble booster la demande des acquéreurs et faire grimper les prix... En atteste les derniers chiffres du baromètre LPI-SeLoger des prix immobiliers à fin mars. Empruntis détaille pour vous les tendances du marché.  Des prix en hausse Hausse toute. Les prix dans l'ancien affichent une nouvelle augmentation « soutenue » avec un prix moyen de 3 402 euros/m², soit une hausse de +3,6% sur un an (+0,6% sur 3 mois). Ce qui montre la tendance haussière des prix à laquelle nous assistons actuellement en France. Pour mémoire, le prix moyen s'établissait à 3 277 euros/m² en avril 2016... Dans le détail, une maison se vend en moyenne 2 962 euros/m², soit une augmentation de +3,8% en un an. Pour les appartements, il faut compter 3 771 euros/m², soit une progression de +3,5% sur un an. Dans le neuf, les prix affichent également une croissance de +2,5% en un an, s'élevant à 3 804 euros/m². Pour une maison, comptez 2 404 euros/m² (+4,2% en un an) et pour un appartement 4 399 euros (+2,1% en un an).La progression semble néanmoins ralentir dans les grandes villes. Mais la demande des acheteurs restant forte, « les prix se maintiennent donc à haut niveau ».  Des marges de négociation en baisse De ce fait, les acquéreurs ont moins de pouvoir de négociation. Les vendeurs se retrouvent face à une forte demande, atténuant le risque de ne pas vendre au meilleur prix... En moyenne, il est possible de négocier 4% du prix de vente. Une marge qui se réduit comme peau de chagrin. Pour rappel, elle était de 4,5% en février 2017 et de 4,8% en avril 2016... Preuve que l'étau se resserre. Néanmoins, il est possible de négocier le prix de vente à la baisse pour un appartement en Poitou-Charentes de 8%, de 15,5% en Champagne-Ardenne, de 7,3% en Auvergne... Pour une maison, un acquéreur peut obtenir une ristourne de 6,8% en Bretagne, de 8,8% dans le Centre ou de 5,6% dans le Nord-Pas-de-Calais.  Des ventes en progression Le rythme des ventes immobilières est bon avec +9,9% en mars, soit une « période de très haute conjoncture ». Les conditions de prêt avec des taux immobiliers exceptionnels continuent de dynamiser le marché malgré des hausses à répétition. Encore une fois, on observe des inégalités territoriales en termes de volumes de transactions. « Dans certaines régions, la demande hésite et n'a pas conservé sa vigueur de l'automne 2016 : tel est le cas en Bourgogne, en Ile-de-France et en Midi-Pyrénées où les ventes de logements anciens n'ont que très faiblement progressé au cours des 3 derniers mois ». L'activité accélère en région PACA, dans le Nord-Pas-de-Calais, dans les Pays-de-la-Loire et en Poitou-Charentes.  (le 02 Mai 2017) © Empruntis.com
27/04/2017Négociation : au coeur de la démarche des acquéreurs...Les prix affichés en vitrines d'agences immobilières peuvent parfois paraître élevés aux yeux des acquéreurs en quête d'une bonne affaire... Avec la volonté de réaliser un "coup", il est pourtant devenu délicat de trop négocier le prix d'un bien... Logic-immo et le JDN analysent la négociation immobilière Le dernier baromètre trimestriel de la négociation immobilière publié par le site d'annonces Logic-immo.com et le Journal du net, revient sur l'attitude des acquéreurs. S'ils sont de plus en plus avisés des prix du marché, les acheteurs n'en sont pas en reste quand il s'agit de négocier ! Ainsi, au premier trimestre 2017, plus de la moitié des candidats à la propriété estiment que les prix ne sont pas en phase avec le marché (51,3%). Ces derniers ont effectivement beaucoup progressé au cours de l'année 2016, notamment dans les grandes villes... A l'inverse, 36,4% des sondés considèrent que les prix sont globalement réalistes contre 6,9% pas du tout réalistes...  Les prix du marché, un motif de négociation « Pour 42% des candidats à l’accession à la propriété, la hausse des prix se profile dans les prochains mois. Ainsi, les annonces de remontée des prix commencent à faire leur chemin dans l’esprit des acquéreurs et ils portent un regard plus dur sur les prix, leur accordant moins de réalisme qu’à la fin 2016 », constate Stéphanie Pécault, Responsable des Etudes chez Logic-Immo.comS'ils trouvent le prix du bien trop élevé, ils auront tendance à vouloir le négocier. Mais pas sûr que le vendeur accepte... Attention, un bien au prix du marché sera difficilement négociable. Il est donc important de faire confiance au professionnel qui vous fait visiter le bien... Parfois proposer une offre "au prix" permet de ne pas rater la perle rare...Selon Logic-immo.com, 91,2% des acquéreurs envisagent de négocier. 50% le font systématiquement et 41,2% uniquement lorsque le prix semble surestimé. A l'inverse, seuls 2,3% ne négocient pas... Le conseil d'Empruntis Dans un premier temps, il ne faut pas hésiter à réaliser une simulation pour son crédit immobilier afin de connaître son pouvoir d'achat immobilier et de bien cibler les biens... Par exemple, avec une enveloppe budgétaire de 250 000 euros frais de notaire compris, difficile de visiter des maisons à 320 000 euros en espérant une négociation de 70 000 euros... Une attitude pourtant souvent observée par les professionnels. Le prêt immobilier est un élément essentiel pour le projet. L'obtention de ce dernier est une condition suspensive à la réalisation de la vente.  Une marge de négociation limitée selon Seloger Statu quo pour les marges de négociation immobilière. Sur l'ensemble du territoire, appartement et maison, elle n'est que de 4% dans l'ancien à fin mars, selon le dernier  baromètre des prix Seloger.com. Un niveau bas selon le baromètre qui s'est réduit de 0,5 point en un mois. Avec des disparités tout de même selon les régions et le type de bien. En moyenne, il est possible de négocier le prix de 3,3% pour un appartement et de 4,8% pour une maison. Dans le Centre, il est par exemple encore possible d'obtenir une baisse autour de 8% sur le prix de vente voire même de plus de 15% en Champagne Ardenne... Contrairement à l'Ile-de-France où les appartements se négocient autour de 2,7%.  (le 27 Avril 2017) © Empruntis.com

cBanque

28/05/2017ND-des-Landes : Nicolas Hulot veut « remettre les ch...Nicolas Hulot, ministre de la Transition écologique et solidaire, promet de « remettre les choses à plat » concernant le projet d'aéroport de...
26/05/2017Retrait d'argent sur une assurance-vie : pourquoi le...Un retrait sur votre Livret A réclame quelques minutes, dans votre espace bancaire en ligne, et l’argent est immédiatement disponible. Pour...
26/05/2017La Bourse de Paris finalement sauvée (-0,01%) par le...La Bourse de Paris a terminé quasi stable vendredi (-0,01%), limitant fortement ses pertes après la nette révision à la hausse de la croissance...
26/05/2017Vacances d'été : 1 401 euros, prix moyen du séjour e...Un peu plus d’un foyer français sur deux prévoit de partir en vacances cet été. Pour eux, le budget moyen s’élève à 1 401 euros. Pour ceux qui...
26/05/2017Garde d'enfant : quelles sont les déductions d'impôt...Parmi les dépenses ouvrant droit à des crédits et réductions d’impôts figurent les frais de garde des enfants à la crèche, chez la nourrice et même...
26/05/2017SCI familiale : être endetté peut empêcher de donner...En donnant à leurs enfants une partie de leur patrimoine, les parents titulaires d'un emprunt peuvent être considérés comme objectivement ou...
25/05/2017Jean-Paul Chifflet, ancien directeur général du Créd...L'ancien directeur général de Crédit Agricole SA, Jean-Paul Chifflet est décédé brutalement à l'âge de 67 ans, a annoncé jeudi la banque verte....
25/05/2017La Bourse de Paris temporise lors d'une séance sans ...La Bourse de Paris a peiné jeudi à prendre de l'élan (-0,08%), lors d'un jour férié dans plusieurs pays européens, les investisseurs ayant privilégié...
24/05/2017Escroquerie : décision le 28 août au procès Landsban...Le tribunal correctionnel rendra sa décision le 28 août à 13h30 dans l'affaire Landsbanki Luxembourg, une vaste escroquerie à l'hypothèque dont le...
24/05/2017Agences bancaires : l'exception française peut-elle ...La France a échappé jusqu’ici aux fermetures massives d’agences bancaires, initiées dans la plupart des autres pays européens. Mais cette exception...
24/05/2017La Bourse de Paris achève sans conviction (-0,13%) u...La Bourse de Paris a terminé en léger repli (-0,13%) mercredi, marquant le pas après avoir progressé la veille sur fond de bons indicateurs...
24/05/2017Baisse des taux de l'assurance-vie : le régulateur e...« Efforts à poursuivre » : voici le message que l’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution semble transmettre aux assureurs-vie dans une...
© 2012-2017 WebImmoSoft - Tous droits réservés.

Vous n'avez pas encore de compte webimmosoft.com ?

Créez votre compte gratuitement, inscrivez-vous.

Vous avez déjà un compte webimmosoft.com ?

Entrez vos identifiants :

Fermer

Titre

Message

Fermer